Infos pratiques

Difficulté : Très difficile (plusieurs variantes plus simples proposées). A ne pas faire en cas de pluie (glissant sur les rochers).
Départ : Le Chesnet (s’il n’y pas de place dans le premier espace parking, il est possible d’aller un peu plus loin pour en trouver). Voir sur Google Maps
Distance et temps : 11,9 km – 3h45
Dénivelé : 1075 m positif
Carte IGN : La Clusaz Grand-Bornand 3430 ET

La rando

Depuis le parking, nous avançons sur un large chemin et trouvons rapidement un panneau qui nous indique la direction du « Chalet de Balme ». Celui-ci est mis en place par l’association « Lou compagnons de Balme », comme de nombreux autres jusqu’au « Chalet de Balme ». Nous suivons le chemin carrossable qui se met à monter à travers la forêt. Aux intersections, nous ne le quittons pas puisqu’il n’y a aucune indication. Lorsque, plus loin, nous marchons dans le « Couloir des Bois », comme l’indique un panneau, le chemin se met à monter de manière plus raide.

Dans le « Couloir des Bois ».

Puis, nous sortons pendant un petit moment de la forêt et le chemin avance plus ou moins à plat.

La vue s’ouvre alors sur la « Montagne de Sous-Dine ».

Il recommence ensuite à monter en forêt jusqu’au lieu-dit « Le Mapat » que nous atteignons après environ 1,2 km de rando. Ici, pour nous rendre au « Chalet de Balme », nous pouvons soit continuer à droite, par la piste 4×4, soit prendre le « Sentier de Balme » à gauche. Nous choisissons la deuxième option. Une fois les quelques marches naturelles en pierre passées, le chemin redevient large quelques temps et nous continuons à marcher en forêt.

Après environ 1,9 km, nous arrivons à une nouvelle intersection d’où partent trois chemins et où il n’y a malheureusement pas de panneaux. En observant autour de nous, nous déduisons que le sentier de gauche permet de rejoindre « Sur Cou » et que le sentier de droite nous ferait descendre inutilement. Nous choisissons donc de prendre le sentier du milieu qui avance à plat dans la direction de la « Roche Parnal ». Environ 250 mètres après l’intersection, alors qu’il vient de commencer à monter, le sentier se sépare à nouveau. Nous tournons à droite, pour continuer en direction de la « Roche Parnal » et sortons petit à petit de la forêt pour arriver dans des pâturages.

A la sortie de la forêt, la « Roche Parnal » atteste que nous allons dans la bonne direction.

Peu après, nous arrivons au lieu-dit « Alpage de Balme » (1490m). Cela fait environ 2,3 km que nous marchons et nous nous trouvons un peu en-dessus du « Chalet de Balme » (1480 m). Là, nous tournons à gauche en direction du « Col du Freu » et nous montons tout droit à travers les pâturages pendant environ 200 mètres jusqu’au lieu-dit « Sous les cols » (1555 m).

Regard en arrière. Vue sur la « Montagne de Sous-Dine » où nous nous rendons. En bas, le « Chalet de Balme », restaurant d’altitude, est ouvert durant la saison d’été.

Là, nous tournons sur le sentier qui part légèrement à droite en direction du « Col du Freu » (annoncé à 40 min). 150 mètres plus loin, nous arrivons au « Col du Petit Cou » où nous tournons à droite. Après un court passage en forêt, le sentier nous fait longer la « Roche Parnal ».

Derrière nous, la montagne de « Sur Cou », nettement moins escarpée que la « Roche Parnal » ou la « Montagne de Sous-Dine ».

Le sentier devient ensuite un peu plus technique : des grosses marches naturelles en pierre nécessitent de prendre appui sur les mains pour les passer plus aisément.

Pas de dangerosité particulière (sauf si le névé est plus important ;-))

Après environ 3,5 km de randonnée, nous atteignons le « Col du Freu » (1694 m).

Rencontre au col… eux ne se posent pas de question pour monter facilement !

Depuis le col, nous suivons la direction du « Col du Câble » (annoncé à 20 minutes). A peine 30 mètres après l’avoir quitté, la vue s’ouvre devant nous sur la « Chaine des Aravis ». A cet endroit, un sentier descend sur notre gauche (indiqué par une flèche jaune sur fond vert). Nous décidons de ne pas le suivre afin de ne pas descendre trop bas et tournons à droite. Nous avançons presque à plat, à travers les pâturages, jusqu’au « Col du Câble » que nous atteignons après 4,4 km de marche totale. En chemin, nous réalisons que si nous avions tourné à gauche, nous avancerions sur un sentier parallèle au nôtre mais un peu plus bas.

Vue sur la plaine depuis le « Col du Câble » : en arrière-plan se profilent le Salève et le Jura.

Ici, aucun panneau n’est mis en place pour nous indiquer la suite de notre chemin. Toutefois, en observant attentivement les cailloux se trouvant sur notre gauche (en direction de la « Montagne de Sous-Dine »), nous remarquons des marques rouges. Ce sont elles que nous allons suivre à présent à travers la forêt et les amoncellements de rochers. Un bon sens de l’orientation et de l’observation est nécessaire car les marques rouges ne sont pas toujours très visibles. Il faut parfois avancer à l’instinct, en suivant toujours la direction de la « Montagne de Sous-Dine ».

Une fois que nous sortons un peu des arbres, nous rejoignons un chemin qui est nettement mieux marqué. Celui-ci nous fait monter à travers un pâturage dans la direction de la « Montagne de Sous-Dine ». Les derniers lacets nous permettent de la rejoindre après environ 5,3 km de marche totale.

Le sentier, à la sortie de la forêt. En arrière-plan, la « Montagne de Sous-Dine » que nous allons rejoindre.

Ici, de nouvelles marques rouges nous indiquent que nous sommes sur le bon chemin. Au début de la montée, des câbles sont installés pour nous aider à passer une dalle d’environ 3 mètres de long.

Nous continuons ensuite à monter dans les rochers en suivant le sentier et les marques. Ici, il est important d’avoir le pied sûr et d’utiliser ses mains de temps à autre. Pendant un petit moment, le sentier nous fait évoluer près du vide, il est donc important de ne pas avoir le vertige.

Dans la montée…

Nous rejoignons la crête après 5,5 km de rando. Nous profitons de la vue qui s’ouvre devant nous à nouveau.

Vue sur les falaises lorsque nous rejoignons la crête.

A présent, le sentier va nous permettre de longer la crête. Par endroit, celui-ci est très près du vide et nécessite d’être attentif.

Passage de l’échelle.

A d’autres endroits, il s’éloigne un peu du bord de la falaise et nous permet de prendre plus le temps de regarder autour de nous.

Après avoir marché environ 1 km sur la crête, nous arrivons à la croix sommitale.

Panorama depuis la croix en regardant le chemin que nous avons déjà parcouru.

Peu après avoir dépassé la croix, le chemin se sépare en deux. Nous continuons à longer la crête et empruntons donc le sentier de droite. Un peu plus loin, un panneau en bois, posé à même le sol sur notre droite, nous indique que nous allons en direction de « Chenevier par le Monthieu ».

Dans la descente le long de la crête.

Au fur et à mesure de la descente, le paysage se transforme à nouveau. Alors que rochers et pâturages se mêlaient au sommet, nous arrivons à nouveau à la hauteur des arbres qui nous éloignent de plus en plus du bord de la falaise.

Après environ 1 km de descente depuis la croix, nous rejoignons le « Passage du Monthieu ». Celui-ci nous oblige à nouveau à être attentifs et prudents car il est très abrupt. Un premier passage nécessite de se tenir avec les mains afin de descendre tranquillement le rocher. Puis, nous descendons à travers un pierrier.

A l’entrée du « Passage du Monthieu ». Nous distinguons les marques rouges qui nous ont accompagnés depuis le début de la montée sur la « Montagne de Sous-Dine ».

Dans la suite de la descente, quelques passages sont encore un peu délicats et nécessitent de se tenir de temps en temps pour s’assurer de ne pas glisser. Un câble a été mis en place à un endroit pour s’assurer.

Environ 300 mètres après être entré dans le « Passage du Monthieu », le sentier fait un virage à gauche à 90°. Sur notre droite, la vue s’ouvre une dernière fois sur les falaises de la « Montagne de Sous-Dine ». A partir de là, le sentier, parcouru par des racines et des cailloux, descend de manière nettement moins raide que précédemment. Nous entrons petit à petit dans la forêt pour y être ensuite complètement immergés.

Après environ 8,3 km de marche totale, nous sortons de la forêt et rejoignons un sentier en cailloux sur lequel nous continuons tout droit. Autour de nous, la vue s’ouvre à nouveau.

C’est la dernière fois que nous avons une vue autant dégagée avant de retourner en forêt.

Peu après, le sentier s’élargit et devient un chemin forestier sur lequel nous continuons tout droit également. Environ 100 mètres après l’avoir rejoint, le chemin fait une épingle à gauche. C’est ici que nous le quittons pour prendre le sentier qui tourne à gauche, 20 mètres plus loin, dans la forêt. Nous avons repéré ce dernier grâce à une marque rouge délavée sur un rocher. A partir d’ici, dans la suite de la descente, nous croisons plusieurs fois des chemins forestiers. Nous les traversons et prenons le sentier qui se trouve de l’autre côté et qui est indiqué par des ronds rouges. Malheureusement, ceux-ci ne sont pas toujours bien visibles et nous devons donc être bien attentifs pour nous assurer d’être sur le bon chemin. Une fois, lorsque nous rejoignons le chemin forestier, il n’y a pas de sentier en face. A ce moment-là (environ 9,1 km), nous suivons le chemin dans le sens de la descente et trouvons 20 mètres plus loin sur la gauche le sentier qui se remet à descendre dans la forêt.

Après environ 9,7 km de rando, nous arrivons une nouvelle fois sur un chemin carrossable. De l’autre côté, le sentier se remet à descendre entre les arbres. Mais, cette fois, nous ne le suivons pas. En effet, si nous continuons, nous allons descendre jusqu’au village nommé « Mont Piton ». Nous tournons donc à droite sur le chemin large. Environ 300 mètres plus loin, un chemin part sur notre gauche. Nous ne l’empruntons pas et continuons tout droit afin de nous rapprocher d’un ruisseau. A peine 100 mètres plus loin, un chemin tourne à droite et passe par-dessus le ruisseau. Il permet de remonter au « Chalet de Balme ». De notre côté, nous tournons donc à gauche pour continuer notre descente dans la forêt.

Après 10,6 km, nous rejoignons un autre chemin forestier. En regardant derrière nous, nous trouvons un panneau en bois indiquant « Chesnet – Orange ». Nous tournons donc à droite en suivant cette direction.

A présent, nous avançons plutôt à plat dans la forêt. Lorsque, plus loin, un chemin part sur la droite, nous ne le suivons pas et continuons tout droit. Nous arrivons ensuite assez rapidement à un pont en bois qui nous fait passer par-dessus le ruisseau le « Flan ». Un panneau nomme le chemin sur lequel nous nous trouvons « la route de Mont-Piton ».

Après une très courte montée, nous rejoignons un chemin sur lequel nous tournons à gauche. Nous marchons encore environ 400 mètres sur celui-ci avant de rejoindre le parking du « Chesnet ».

Variantes possibles

Pour les personnes souhaitant réaliser une boucle nettement plus courte et gourmande, il est possible de se rendre au « Chalet de Balme » en suivant le début de notre itinéraire. En arrivant au lieu-dit « Alpage de Balme » (1490m), il suffit de tourner à droite pour rejoindre le chalet. Puis, après une pause, la route 4×4 peut-être suivie jusqu’au lieu-dit « Le Mapat ». Enfin, il suffit de suivre le même chemin emprunté au début jusqu’au parking.

Afin de raccourcir la randonnée, il est également possible de monter directement à la « Montagne de Sous-Dine » sans contourner la « Roche Parnal ». Pour cela, une fois arrivé au lieu-dit « Alpage de Balme », il faut redescendre vers le « Chalet de Balme » et emprunter le sentier qui monte par le « Col du Câble ».

Enfin, pour les personnes sujettes au vertige, il est possible de rejoindre le sommet de la « Montagne de Sous-Dine » sans passer par la crête. Pour cela, au lieu de monter, comme nous l’avons fait depuis le « Col du Câble » en direction des falaises, il faut emprunter le chemin qui longe la « Montagne de Sous-Dine » par le bas. Il faut ensuite suivre la direction du « Chalet du Landron » puis du « Trou de la Pierre ». La montée se fera ainsi à travers le plateau de lapiaz se trouvant sous le sommet.

Du parking du « Chesnet », d’autres randonnées sont évidemment possibles, telles que « Sur Cou » ou la « Roche Parnal » et nous aurons peut-être l’occasion de vous les décrire une prochaine fois.

Et si c’était à refaire…

Bien que nous ayons trouvé la descente dans la forêt, après le « Passage du Monthieu », longue et peu intéressante, nous avons beaucoup apprécié découvrir la « Montagne de Sous-Dine » et sa crête. Une autre fois, nous pourrions peut-être essayer de descendre par le plateau, puis revenir au « Col du Câble » pour rejoindre le « Chalet de Balme ».

Afin de nous faciliter la vie, une fois arrivés au « Col du Câble », nous aurions mieux fait de suivre le chemin bien tracé jusqu’au « Col de l’Ebat ». De là, nous aurions facilement trouvé le sentier qui monte jusqu’au rocher de la « Montagne de Sous-Dine ».

Tracé GPS

Télécharger le tracé

Épingler cet article sur Pinterest

Recevez gratuitement notre ebook Les 10 Commandements du Randonneur

Vous trouverez 10 conseils pour la pratique de la randonnée que nous trouvons essentiels.

 


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le à vos amis 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.