Infos pratiques

Difficulté : Très difficile (variantes plus simples proposées)
Départ : Parking peu avant le Passo Campolongo. Voir sur Google Maps
Distance et temps : 10,4 km – 4h50
Dénivelé : 1026 m positif
Carte : Tabacco 07

Informations sur la via ferrata : Dans notre livre « The Dolomites – Rock Climbs and Via Ferrata », elle est cotée en niveau 3B et entre 2h et 3h sont annoncées pour la réaliser (sans compter la descente). Elle est décrite comme une courte via ferrata. Mais, malgré cela, l’altitude à laquelle elle se trouve et le sentier de descente exigeant en font un mauvais choix en cas de temps trop incertain.

La Rando

Depuis le parking, nous nous rendons vers les panneaux qui se trouvent de l’autre côté de la route. Nous suivons le sentier n° 638 en direction de l’ « Ütia Kostner » et du « Lêch de Boè ». Le chemin blanc nous fait d’abord rejoindre le départ d’un télésiège (en fonction à cette période). Nous le contournons et commençons ensuite à monter.

Environ 900 mètres plus loin, nous arrivons à la hauteur de l’ « Ütia Planfisti ». Son petit côté charmant nous donne envie de nous arrêter et de déguster une de leurs spécialités… Mais, nous venons à peine de nous mettre en route 😉. Nous continuons donc à avancer sur le chemin blanc en suivant le n°638.

Dans la suite de la montée, chaque fois que nous arrivons à une intersection, nous continuons à suivre le sentier n°638. Toute la montée jusqu’à l’ « Ütia Lago Boè » va être réalisée sur un chemin blanc. Celui-ci nous fait traverser des pâturages qui doivent faire office de pistes de ski en hiver puisque les canons à neige et les filets sont encore en place.

Après environ 2,4 km de marche, nous arrivons à la hauteur d’un télésiège derrière lequel se trouve l’arrivée d’une télécabine et de l’ « Ütia Lago Boè ». Ici, nous tournons à gauche sur le sentier n°638 et nous poursuivons notre montée. Le sentier monte à travers une piste de ski qui longe le télésiège.

Dans la montée sur la piste de ski après avoir dépassé l’arrivée de la télécabine. Le télésiège sur notre gauche fonctionne pendant cette saison.

Environ 300 mètres plus loin, nous arrivons à la hauteur du « Lêch de Boè » (2250 m). Nous quittons le sentier et parcourons une soixantaine de mètres afin de nous en approcher. Là, un sentier offre la possibilité d’en faire le tour. Nous ne nous attardons pas trop longtemps car il nous reste encore du chemin jusqu’au départ de la via ferrata et qu’il y a pas mal de monde (dû à la possibilité de monter en télécabine).

Le « Lêch de Boè »

Nous revenons sur nos pas pour reprendre le sentier n°638. Celui-ci nous fait traverser la piste de ski afin de la quitter. A présent, nous marchons donc à travers un paysage plus naturel. Après environ 3,1 km, nous arrivons à une intersection et nous continuons à suivre le sentier n°638 en direction de l’ « Ütia Kostner ». Tout au long de cette portion, le sentier est bien indiqué avec des marques blanches et rouges. Nous traversons des pâturages parsemés de rochers. Ceux-ci forment des marches naturelles facilement franchissables lorsqu’ils se trouvent sur le chemin.

Après environ 3,9 km de marche totale, nous arrivons juste en-dessous de l’arrivée du télésiège (sur notre droite). Face à nous, le refuge nous surplombe.

Au loin, l’ « Ütia Kostner »

Nous continuons à suivre le sentier n°638 jusqu’à une intersection environ 200 mètres plus loin. Là, nous tournons à droite sur le sentier n°646B en direction du « Piz da Lêch ». Celui-ci nous fait face une fois que nous nous engageons sur le sentier.

Face à nous, les falaises où nous grimperons bientôt.

Le sentier nous fait tout d’abord revenir vers l’arrivée du télésiège avant de traverser une étendue verte qui détonne étrangement au milieu du monde minéral qui nous entoure. Après environ 4,8 km de marche totale, nous rejoignons un chemin qui longe les falaises. Nous le repérons grâce à quelques petits ronds rouges qui indiquent la route à suivre. Nous le suivons jusqu’à ce que nous arrivions au départ de la via ferrata environ 200 mètres plus loin.

Le départ de la via ferrata est idéal pour s’équiper. Un petit abri sous-roche à plat nous permet de déposer notre matériel et de manger quelque chose avant de nous lancer.

Dans la montée, certains secteurs sont parsemés de plus d’équipements ferrés que d’autres. Dans certaines portions, il faut donc uniquement s’aider des prises dans la roche qui sont assez facilement trouvables (et de la ligne de vie si on est bloqué). L’ascension est entrecoupée de petits replats sur lesquels il est possible de s’arrêter sans « pendre » dans le vide. La via ferrata se termine par une longue échelle.

Peu d’équipements mais une roche sur laquelle il est assez facile de trouver des prises 😊
Une échelle… mais pas la dernière.
Une autre échelle… à plat cette fois.

A la fin de la via ferrata, nous devons encore suivre pendant environ 400 mètres un sentier indiqué par des ronds rouges. Il nous conduit, en montant à travers un paysage minéral, jusqu’à la croix sommitale que nous rejoignons après environ 5,8 km de marche totale.

Le chemin conduisant au sommet.
Sur la gauche, on discerne le « Lêch de Pisciadù ». Les trombes d’eau qui nous arrivent dessus nous obligent à sortir nos vestes Gore-Tex et à ranger l’appareil photo de Ludo jusqu’à la fin de notre randonnée. Nous sommes obligés de nous contenter d’un petit compact 😉

Pour descendre, nous suivons à présent le sentier n°646, indiqué par des marques rouges et blanches, qui débute juste à l’arrière de la croix. Les premières marques sont un petit peu difficiles à repérer et il vaut mieux prendre le temps de bien les chercher plutôt que de descendre n’importe où. En effet, le début de la descente n’est pas vraiment tracé, il faut descendre dans les rochers et s’aider des mains. Ensuite, nous arrivons dans un pierrier, entrecoupé de marches naturelles, et nous distinguons davantage le chemin qui est bien indiqué. Il faut toutefois continuer à bien poser les pieds afin de ne pas glisser. Quelques cairns viennent compléter les indications.

La descente dans le pierrier avec les rideaux de pluie en arrière-plan.

Après environ 600 mètres de descente, nous arrivons à un passage câblé très abrupte à travers les rochers. Il est important de le passer un à la fois sans empressement. Ce passage est suivi de barreaux installés sur une dizaine de mètres à la verticale. Aucune indication n’oblige à repasser le baudrier mais cela peut être plus prudent sur tout ce tronçon en cas de chute.

La pluie et les barreaux ne sont pas vraiment une combinaison idéale.

Une centaine de mètres après les barreaux, nous arrivons à une intersection. Nous choisissons de suivre le sentier n°646 qui va tout droit à travers les pâturages. Environ 200 mètres plus loin, nous arrivons à de nouveaux panneaux. Ici, nous décidons de tourner à droite sur le sentier n°646A afin de rejoindre le sentier n° 638 un peu avant le « Lêch de Boè ». Nous descendons pendant environ 500 mètres entre rochers et pâturages.

A la fin de la descente, nous rejoignons le télésiège et la piste de ski.

Après environ 7,3 km de marche totale, nous rejoignons la piste de ski. Comme il pleut, nous décidons de la suivre et non de reprendre le sentier n°638. Environ 800 mètres plus bas, nous arrivons à nouveau à la hauteur du départ du télésiège et de l’ « Ütia Lago Boè ». Nous reprenons maintenant le chemin blanc emprunté à la montée (n°638) jusqu’au parking.

Variantes possibles

Pour les personnes qui ne souhaitent pas réaliser la via ferrata, il est possible de rejoindre le « Piz da Lêch » uniquement en marchant. Pour cela, il faut suivre le sentier que nous avons emprunté en descente depuis la croix sommitale. Cela reste un sentier exigeant pour lequel il faut avoir le pied sûr.

Il est également possible, pour ceux qui ne veulent pas monter jusqu’au sommet, de suivre le début de notre rando afin de rejoindre l’ «Ütia Kostner » pour un petit casse-croûte 😉. Dans ce cas, la randonnée est d’un niveau moyen.

Pour les personnes qui souhaitent accéder rapidement à la via ferrata, il est possible de partir de Corvara et de prendre la télécabine puis le télésiège. Une fois en haut, la marche d’approche pour atteindre le départ de la via ferrata est très courte.

Et si c’était à refaire …

Ce jour-là, nous avons entrepris la via ferrata alors que le soleil jouait à cache-cache avec de nombreux nuages. La météo annonçait de la pluie en fin de journée et nous ne pensions pas la voir avant même d’atteindre la croix sommitale.

Si c’était à refaire, nous choisirions donc un temps sec afin de profiter pleinement de notre arrivée au sommet pour manger notre pique-nique (que nous avons promené pendant toute notre randonnée mais dont nous n’avons pu profiter qu’une fois installés au sec dans notre petite location). Cela nous permettrait également de mieux profiter de la descente que nous avons dû faire bien trop rapidement à notre goût. C’est d’ailleurs pour cela que nos photos de la descente ne sont pas d’une grande qualité 😉

Dans la descente justement, après environ 6,8 km de marche, nous avons choisi de tourner à droite sur le sentier n°646A. Ici, nous aurions pu continuer tout droit sur le sentier n°646 jusqu’à l’ « Ütia Lago Boè » (arrivée de la télécabine). Le chemin semblait être un peu plus escarpé, comme on aime, et surplombait apparemment le lac. C’est à nouveau la météo capricieuse qui nous a fait renoncer à ce chemin… on le garde au chaud pour une prochaine fois.

Tracé GPS

Télécharger le tracé

Épingler cet article sur Pinterest

Recevez gratuitement notre ebook Les 10 Commandements du Randonneur

Vous trouverez 10 conseils pour la pratique de la randonnée que nous trouvons essentiels.

 


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le à vos amis 🙂

2 Commentaires

    • Bonjour Arsène. Merci beaucoup pour ton message. J’espère que cela te donnera des idées à proposer à papa pour des randos en montagne 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.