Infos pratiques

Difficulté : Très difficile
Départ : Van d’En Haut, Salvan. Voir sur Google Maps
Distance et temps : 22 km – 8h00
Dénivelé : 1635 m positif

Sentier très difficile (Le sentier est moyen jusqu’au barrage de Salanfe et peut être réalisé en une journée.)

Nous avons réalisé cette randonnée sur deux jours car nous souhaitions effectuer notre premier bivouac à deux. L’ascension de la Haute Cime peut se faire en un jour mais demande une bonne condition physique et un bon rythme de marche. La dernière partie du tronçon (du col de Susanfe jusqu’au sommet) n’est pas indiquée. Le sentier se discerne et est marqué uniquement de cairns. Il est côté T4 (randonnée alpine) selon les normes du CAS. Nous avons dû abandonner notre ascension à environ 700 m du sommet à cause des conditions météorologiques. Nous pouvons donc décrire notre randonnée uniquement jusque-là.

La Rando

Premier jour

Après avoir parqué la voiture juste un peu avant le camping de Van d’en Haut (1395 m), nous avançons à pied dans sa direction. Juste à l’entrée de celui-ci, un panneau nous indique que, pour monter à l’auberge de Salanfe qui se trouve à la hauteur du barrage, nous devons suivre la route goudronnée qui part sur la droite (1h35 annoncée jusqu’au barrage). La route nous permet de contourner le camping puis se transforme plus loin en sentier. Après environ 1,6 km de marche, nous arrivons à une intersection : nous pouvons soit rejoindre l’auberge par une route en cailloux soit par un sentier (45 minutes annoncées). Nous choisissons la deuxième option. Le sentier se fait plus exigeant. Il est ponctué de marches naturelles (pierres, racines) mais également de marches mises en place pour faciliter la montée et d’escaliers en métal. Environ 550 mètres plus loin, nous rejoignons la route en cailloux. Elle nous mène d’abord jusqu’au pied du barrage, puis le longe pour arriver à la hauteur du lac de Salanfe (1925m) et à quelques pas de l’auberge. Nous avons parcouru environ 3,8 km en 1h15 lorsque nous y arrivons.

Arrivée au barrage de Salanfe

De là, nous prenons, sur la droite, le chemin blanc qui permet de faire le tour du lac. Nous suivons le panneau qui nous indique le Col de Salanfe (2h10 annoncées). Nous longeons le lac presque jusqu’au bout.

Lorsque nous arrivons à la hauteur d’une croix (sur notre gauche), un sentier indiqué par des panneaux part sur la droite. C’est ici que nous quittons le bord du lac pour reprendre notre ascension vers le col. A partir de là, nous prêtons attention aux marques blanches et rouges que nous suivrons jusqu’au col. Le sentier monte d’abord gentiment en longeant une petite rivière à travers un pâturage.

Puis, la montée se fait plus intensive. Nous quittons petit à petit l’herbe et les fleurs pour un décor plus minéral. A un moment donné, le sentier est équipé de câbles pour nous aider à passer quelques rochers plus à flanc de falaise.

Passage plus escarpé

Le paysage est magnifique et nous avons même la chance d’observer quelques bouquetins qui nous surplombent pendant que nous montons. Après avoir perdu le col de Susanfe de vue pendant un moment, il est à nouveau visible et nous nous en approchons de plus en plus.

Le col n’est plus très loin 🙂

Avant d’y être, nous passons à côté d’une petite cabane en métal puis nous l’atteignons après environ 9,3 km et 3h de marche. Nous nous rendons jusqu’aux panneaux (2494 m) et nous réalisons qu’aucun d’entre eux n’indique la montée pour la Haute Cime.

Une vue magnifique s’offre à nous depuis le col.

Nous repérons le sentier sur la droite et le suivons. Le sol est fait de cailloux qui roulent sous nos pieds et est glissant car il a plu et neigé il y a quelques jours. De plus, le sentier est en dévers. Nous devons être prudents et prêter attention à la façon dont nous posons nos pieds. Le sentier monte d’abord plutôt gentiment, puis il devient très raide et exigeant

Après environ une heure d’ascension et 1,5 km de marche pour 420m de dénivelé, nous renonçons à réaliser les 700 m qui nous séparent du sommet à cause de l’heure (nous devons encore trouver un endroit pour installer notre bivouac) et des conditions météorologiques.

Avec une pointe de regret, nous revenons donc sur nos pas, d’abord jusqu’au Col de Susanfe, puis jusqu’à la petite cabane en métal. En montant, nous avons observé qu’un autre sentier permettait de rejoindre le col. Nous choisissons de l’emprunter afin de ne pas refaire le même chemin que celui que nous avons réalisé en montée. Le sentier part sur la droite juste en-dessous de la petite cabane. Il n’est pas indiqué mais existe bel et bien car nous trouvons, plus bas, des marques blanches et rouges dans le sens de la montée. Lorsque nous arrivons presque en bas du sentier (le pâturage avec le petit cours d’eau n’est plus très loin), nous décidons de le quitter pour trouver un endroit où dormir. Etant donné que plusieurs troupeaux de vaches sont présents plus bas, nous dégotons un petit espace vert pour poser notre tente entre deux pierriers parcourus de ruisseaux où elles n’ont pas l’air de venir. Malgré une petite appréhension pour la nuit à venir, puisqu’il s’agit de notre premier bivouac, nous passons une très bonne soirée bien que froide.

Ambiance au coucher de soleil
Ambiance au coucher de soleil

Deuxième jour

Après une très bonne nuit, nous nous levons avec le soleil qui réchauffe notre tente. Déjà tôt le matin, nous nous en mettons plein la vue avec les paysages qui s’offrent à nous. Pour une première, nous sommes vraiment contents et nous décidons de prendre notre temps pour plier nos affaires et pour profiter de ce bon moment.

Quelques photos de l’ambiance matinale

Lorsque nous nous remettons en route, nous commençons tout d’abord par rejoindre le sentier que nous avons quitté la veille. Peu avant d’arriver sur le pâturage où coule la rivière, le chemin se transforme en plus petit sentier. Il n’est pas facile à repérer car il n’y a pas vraiment d’indication et nous devons être attentifs pour le discerner à travers l’herbe. Petit à petit, nous commençons à repérer des marques rouges et blanches et des flèches que nous suivons. Ainsi, nous descendons tranquillement jusqu’à la rivière que nous longeons ensuite.

Ce sentier nous permet de rejoindre le sentier plus large par lequel nous étions arrivés hier sur ce même plateau. Nous le reprenons pour rejoindre le lac à la hauteur de la croix. Cette fois, nous partons à droite afin d’effectuer le reste du tour du lac.

Nous nous rendons jusqu’au bout de celui-ci, au pied de la Tour Sallière et du glacier Noir, par un large chemin sur lequel nous avançons à plat. Une fois là, nous devons traverser le plateau duquel l’eau du lac s’est retirée. Pour trouver notre chemin, nous repérons des poteaux en bois espacés sur lesquels des marques blanches et rouges ont été peintes. De l’autre côté, nous trouvons un sentier qui monte et qui va nous permettre de longer le lac sur l’autre rive. Ce passage n’est pas très bien indiqué et est piétiné par les vaches. Nous trouvons tout de même un panneau un peu plus loin qui nous indique la direction à suivre. Arrivés à la fin de ce sentier, nous descendons vers le barrage que nous traversons.

Lorsque nous atteignons son autre extrémité, nous avons parcouru 6,7 km depuis le début de notre marche du jour. De là, nous choisissons d’emprunter le même sentier que celui que nous avons pris pour monter afin de revenir jusqu’à la voiture.

Et si c’était à refaire

Monter jusqu’au sommet de la Haute Cime et admirer la vue… voilà un objectif qu’il est certain que nous voulons atteindre. La randonnée est exigeante et l’a été encore plus avec les sacs que nous portions pour pouvoir passer une nuit en bivouac. Donc, le jour où nous y retournerons, nous partirons tôt et nous réaliserons cette randonnée en une journée.

Lorsque nous avons organisé nos deux jours de randonnée, nous avions initialement prévu, le deuxième jour, de faire une boucle par « La Golette » et le « Sex des Granges » afin de rejoindre Van d’en Haut. Malheureusement, le deuxième jour, ce passage était dans les nuages. Nous avons donc préféré redescendre directement, satisfaits déjà d’avoir réalisé notre première nuit sous tente. Malgré tout, cette boucle avait l’air intéressante et elle reste une possibilité pour une prochaine fois.

Variantes

Comme nous l’avons indiqué dans le niveau, la randonnée jusqu’au barrage de Salanfe est déjà très belle. Pour atteindre le barrage, il est possible d’emprunter le même sentier que nous ou alors de monter par un chemin en cailloux plus large. Pour prendre celui-ci dès le début, il faut traverser le camping.

Depuis l’auberge de Salanfe et le barrage, il est possible d’atteindre plusieurs destinations par des sentiers plus ou moins difficiles.

Tracé GPS

Télécharger le tracé

Épingler cet article sur Pinterest

Recevez gratuitement notre ebook Les 10 Commandements du Randonneur

Vous trouverez 10 conseils pour la pratique de la randonnée que nous trouvons essentiels.

 


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le à vos amis 🙂

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.