Infos pratiques

Difficulté : Moyen
Départ : Parking devant L’Hôtel-Restaurant de l’Etoile, Perrefitte. Voir sur Google Maps
Distance et temps : 16,8 km – 4h00
Dénivelé : 877 m positif

La rando

Depuis le parking, nous suivons les panneaux de randonnée pédestre qui nous font remonter sur la route en goudron entre les maisons. Environ 100 mètres plus loin, nous rejoignons la route principale que nous longeons sur le trottoir en suivant la direction de « Moron Sommet » (3h annoncées).

Tout au long de notre randonnée, des panneaux bruns « La Tour de Moron » nous indiquent le chemin à suivre.

Environ 250 mètres plus loin, nous traversons la route pour emprunter le chemin blanc qui se trouve en face et qui suit la rivière « La Chalière ». Lorsque, plus loin, nous arrivons à une intersection, nous continuons sur le chemin qui longe la rivière. Celui-ci est facilement praticable et monte en pente douce. Plus loin, nous entrons dans la forêt et le chemin se met à monter un peu plus.

A l’entrée de la forêt.

Peu après, des falaises s’élèvent autour de nous : nous commençons à entrer dans les gorges. Après 1,3 km de rando, nous arrivons au pied d’un escalier. Sur notre droite une inscription indique que ce sentier a été réalisé en 1980 et 1981 et qu’il est aménagé grâce à la collaboration du canton de Bern, des municipalités de Perrefitte et Moutier, de la bourgeoisie de Perrefitte et de la CEDM.

A gauche de l’escalier, un petit pont nous permet d’admirer la vue 🙂

Une fois le premier escalier passé, c’est sur un petit sentier que nous marchons à présent. Ce dernier est bien aménagé : il y a des marches en bois, des barrières et des ponts. Tout est mis en place pour que la randonnée dans ces gorges soit agréable. A quelques endroits, des espaces ont même été aménagés avec des bancs pour ceux qui aimeraient profiter de la tranquillité du lieu.

550 mètres après le premier escalier, nous passons un dernier pont, cette fois-ci couvert. Il marque la fin des gorges. Nous continuons à longer la rivière pour poursuivre notre randonnée.

Après 2,2 km de marche, nous nous approchons d’une route. Juste avant de la rejoindre, nous trouvons un panneau « Tour de Moron » qui nous indique de prendre le sentier qui tourne à gauche. Nous quittons donc la rivière et montons, de manière plus raide que précédemment.

Le sentier nous permet de surplomber la route.

Environ 300 mètres plus loin, nous rejoignons un large chemin carrossable sur lequel les panneaux nous indiquent de tourner à gauche. Lorsque, un peu plus loin, il se sépare en deux, nous tournons à droite en suivant les indications données par les panneaux de randonnée et montons en pente douce entre les arbres. A cet endroit, un panneau régional, en bois, s’ajoute aux autres et nous indique que nous sommes sur « Le chemin de la Trouée ». Environ 600 mètres plus loin, nous rejoignons un autre chemin blanc. Nous continuons tout droit, en direction de la « Tour de Moron » et « Moron Sommet ». Le chemin se met à redescendre tranquillement en forêt. Lorsque, plus loin, une route part sur notre gauche, nous ne la suivons pas puisqu’aucune indication ne nous dit de tourner. Après environ 3,8 km de rando, nous arrivons à une nouvelle intersection. Un panneau en bois nous indique que nous marchions sur « Le chemin du Puits ». Ici, nous tournons à gauche et remontons pour continuer à évoluer dans la forêt sur un chemin carrossable.

Quelque part sur notre chemin carrossable 😉

Après 5,2 km de randonnée, nous rejoignons une route goudronnée dans une épingle. Un nouveau panneau en bois nous indique que nous marchions sur « Le chemin des Prés ». Pour rejoindre « La Tour de Moron », nous tournons à gauche sur la route en goudron pour la suivre dans le sens de la montée. Environ 500 mètres plus loin, une route goudronnée descend sur notre droite pour rejoindre « Les Ecorcheresses ». Nous ne tournons pas dessus et continuons tout droit jusqu’à ce que la route fasse un virage 200 mètres plus loin. Là, des panneaux nous indiquent que nous devons tourner à gauche sur le sentier qui monte dans la forêt pour nous rendre à « La Tour de Moron ».

Au début du sentier, une mosaïque représentant « La Tour de Moron » nous atteste que nous sommes sur la bonne route. Tout au long de la montée, d’autres jalonnent le parcours.

Nous débutons notre montée par un large chemin en cailloux dont la pente est un peu plus soutenue que ce que nous avons fait jusqu’à présent.

Après environ 400 mètres, nous arrivons dans un pâturage. Peu après, le chemin devient un petit sentier qui nous fait passer derrière une grange au lieu-dit « Combioz ».

Nous sommes à « Combioz » et cela fait 6,5 km que nous marchons.

En suivant les panneaux et les mosaïques, la suite de la montée nous fait d’abord passer en forêt. Puis, nous traversons, à plat, une prairie avant de nous remettre à monter dans une forêt partiellement déboisée. Le sentier nous fait ensuite emprunter, sur une soixantaine de mètres, un large chemin avant de revenir dans la forêt et d’y monter en lacets.

Après environ 7,8 km de marche, nous arrivons à la hauteur du « Chalet Combioz » (ski club de Perrefitte) où se trouvent une buvette ouverte du samedi 10h au dimanche 17h et une place de pique-nique couverte. De là, nous distinguons « La Tour de Moron » dont nous ne sommes plus très loin.

Juste après la buvette.

Nous continuons à bien suivre les indications afin de prendre le sentier qui nous permet d’arriver à l’arrière de la tour. Une dernière montée dans la forêt nous conduit, après 8,1 km, au lieu-dit « Moron Sommet » (1320 m). Là, nous tournons à gauche pour nous rendre à « La Tour de Moron » en suivant le début du sentier didactique (différents panneaux ayant pour sujet les produits du terroir ou la faune et la flore par exemple) et grimper à son sommet pour admirer la vue.

La tour a été conçue par l’architecte Mario Botta. Ce sont ensuite des apprentis maçons et constructeurs en voies de communication qui ont participé à la réalisation de celle-ci. Le début de la construction de la tour a été entrepris en 2000.
D’en haut, c’est un magnifique panorama à 360° qui s’offre à nous. Des photos, avec le nom des différents sommets, nous permettent de nous amuser à repérer ceux que nous connaissons et d’en découvrir d’autres.

De retour au pied de la tour, nous suivons maintenant la direction de « Moutier » (annoncé à 2h40). Le sentier pédestre suit les panneaux didactiques. De nombreuses tables pour pique-niquer sont mises en place un peu partout. Arrivés à l’avant-dernier panneau, le sentier pédestre nous fait quitter le sentier didactique pour nous conduire à la hauteur de la cabane de Moron (CAS) où il est possible de s’installer pour boire quelque chose ou manger une soupe. Là, nous rejoignons le chemin blanc sur lequel nous tournons à gauche. Aux différentes intersections, nous ne tournons pas tant qu’aucune signalisation ne nous indique de le faire.

Sur le chemin blanc.

Après 9,7 km, alors que la route fait un virage sur la gauche, le sentier pédestre part à droite à travers les pâturages. Le sentier n’est pas très apparant et il faut donc bien chercher les panneaux afin de traverser correctement ce pâturage.

Dans le pâturage.

Environ 900 mètres plus loin, des panneaux nous font tourner à gauche pour rejoindre la route en goudron. Nous tournons à droite sur celle-ci et marchons jusqu’au lieu-dit « Haut de la charrière » (1075 m) que nous atteignons après environ 11,3 km de rando. Là, nous tournons à droite en direction de « Champoz » et « Sorvilier » et continuons à marcher sur la route goudronnée. Environ 200 mètres plus loin, dans une épingle, le sentier pédestre continue sur la route goudronnée. Nous décidons de le quitter et de tourner à gauche sur un chemin large en herbe qui remonte un peu avant d’avancer plus ou moins à plat. Cela nous évite de descendre jusqu’à « Champoz » et de réaliser un détour (attention toutefois, ce sentier passe derrière le stand de tir, nous en parlons dans la partie « Si c’était à refaire »). Etant donné que ce n’est pas un sentier pédestre officiel, le chemin n’est pas complètement entretenu : les arbustes poussent un peu comme ils veulent ce qui donne un léger côté sauvage au lieu.

Après avoir marché environ 700 mètres sur ce chemin, nous arrivons à la hauteur d’un sentier qui descend, sur notre droite, à travers la forêt. Nous l’empruntons et le suivons jusqu’au bas de la forêt. Durant la descente, nous croisons une fois un chemin carrossable que nous traversons pour reprendre le sentier. La descente est un peu accidentée et nous faisons donc attention en posant les pieds.

Lorsque nous arrivons dans une prairie, nous rejoignons un chemin blanc sur lequel nous tournons à droite (à gauche, il s’agit d’un cul-de-sac). Celui-ci nous permet de rejoindre la route en goudron qui se trouve en contre-bas après environ 13 km de randonnée. Là, nous tournons à gauche et constatons que nous sommes à nouveau sur le sentier pédestre.

A peine 400 mètres plus loin, nous quittons la route en goudron pour prendre un chemin blanc sur la gauche. Celui-ci nous permet d’avancer à travers des pâturages.

Face à nous, le Mont Raimeux.

Après 15,1 km de rando environ, le sentier pédestre nous fait entrer dans la forêt et dans la « Combe Fabet ». Nous sommes entourés à droite et à gauche par des petites falaises calcaires. La roche est couverte, en de nombreux endroits, par de la mousse, ce qui donne un aspect magique à cet endroit.

A l’entrée de la « Combe Fabet ».
A l’endroit où les falaises se rapprochent le plus… magnifique 🙂

La combe fait un peu plus de 1 km de long. A sa sortie, nous arrivons à la hauteur d’une ferme à travers laquelle nous passons afin de rejoindre la route. Nous la traversons et tournons à gauche pour marcher sur le trottoir jusqu’au parking tout proche où nous avons laissé la voiture.

Variantes possibles

Si l’objectif de la randonnée est uniquement « La Tour de Moron », il est possible de raccourcir nettement la distance de cet itinéraire. La tour est accessible par de nombreux chemins. Par exemple, il serait possible, sur notre tracé, de commencer à partir du parking à côté duquel nous sommes passés après 5,2 km de rando.

Pour ceux qui souhaitent raccourcir la randonnée, il est possible, au lieu-dit « Haut de la charrière » (1075 m) (11,3 km de rando), de tourner à gauche sur le chemin blanc. Cela permet de se rendre directement à « Perrefitte » sans passer par la « Combe Fabet ».

Et si c’était à refaire…

Une autre fois, nous ne quitterions pas le sentier de randonnée pédestre peu après le lieu -dit « Haut de la charrière » (1075 m). En effet, en ayant coupé par la forêt, nous sommes passés juste derrière les cibles d’un stand de tir. Heureusement pour nous, ce jour-là, personne ne tirait. Mais cela aurait pu être dangereux dans le cas inverse. Si c’était à refaire, nous suivrions donc les panneaux jaunes jusqu’à « Champoz » puis nous tournerions à gauche sur la petite route en goudron que nous avons rejointe après 13 km. Cela rajoute un peu de distance à cette rando qui est déjà longue mais c’est plus sûr. Il serait évidemment également possible de se renseigner sur les jours de tirs avant la rando pour tout de même passer par la forêt (http://www.tir-champoz.ch/).

Tracé GPS

Télécharger le tracé

Épingler cet article sur Pinterest

Recevez gratuitement notre ebook Les 10 Commandements du Randonneur

Vous trouverez 10 conseils pour la pratique de la randonnée que nous trouvons essentiels.

 


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le à vos amis 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.